Etel et autres sentiments océaniques

Le 9 Février prochain, la Cie de l’imprévu propose à l’Estran de Guidel « Etel et autres sentiments océaniques », une pièce en forme de concert radiophonique d’Aline Penitot et Vincent Courtois.

le teaser

 

La barre d’Etel est une dune de sable en perpétuel mouvement située à l’entrée d’une petite mer intérieure du Morbihan, une Ria. Parfois à marée basse, la dune se découvre pleinement et il reste si peu d’eau qu’il devient presque impossible aux bateaux de passer de la Ria à l’Océan. Parfois à marée haute, les déferlantes et lames de fond semblent si imprévisibles ; le sémaphore indique alors à toutes et tous de rester bien protégés.ées dans le Ria. Si la flèche du sémaphore est en haut, la Ria est ouverte sur l’océan, si elle est en croix, elle est refermée sur elle-même.  
 L’histoire de la barre, réelle ou mythifiée, est épaisse. Et même dramatique. Prononcer « Barre d’Etel » et voilà ouvert un flux de paroles. Il sera question de la grande histoire du sauvetage en mer et de la figure d’Alain Bombard. Une respiration plus tard et un silence de reflux qui referme la discussion, peut-être même définitivement.
Si la barre est de toutes les conversations des habitantes et des habitants, elles sont aussi nourries de toutes petites sensations accumulées par chacune et chacun à travers leurs pratiques : pêche, kayak, observation du paysage depuis le sémaphore, sauvetage. Et parfois même la conversation déborde pour raconter des moments « d’extase » (Eric Garnier, kayakiste, qui hurle en surfant la barre) ou bien elle suscite les « silences de retour » alors que l’on revient de la pêche (Jean-Pascal, sémaphoriste). 
Aline Pénitot et Vincent Courtois connaissent bien ce sentiment débordant. Romain Rolland l’a nommé : « sentiment océanique ». Quelque chose qui arrive sans crier gare, de l’ordre d’une coappartenance essentielle entre soi-même et l’univers ambiant qui se dégage. Rien de mystique, rien à chercher de l’ordre de la croyance, juste un sentiment éprouvé par la pratique du paysage ou de la musique. Quelque chose dont la réalité se heurte à l’explication rationnelle des sciences sociales qui peinent à expliquer les sentiments éprouvés par la musique comme le paysage.
Autres spectacles de Février:
1er- Franck Woeste et Ryan Keberle au Triton
6 – Brest invitation Christophe Rocher
13 – Trio Telderman, Baldych, Courtois Ultrech
14-  Trio Telderman, Baldych, Courtois Bois le Duc
16,17 Matin et soir théâtre de l’Aquarium
Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.