LOVE OF LIFE

Vincent Courtois

Daniel Erdmann

Robin Fincker

« LOVE OF LIFE »

répertoire inspiré par l’oeuvre de Jack London

repertoire inspired by the work of Jack London

32769190_10214376728464823_6267397169460805632_n

J’ai découvert  Jack London assez tard, en automne 2016 : d’abord, les  » Chroniques des mers du Sud »  puis l’initiatique et incontournable   » Martin Eden » . L’oeuvre dense et souvent autobiographique de cet écrivain américain, si riche et si puissante, n’a alors cessé de me suivre d’accompagner mon quotidien, mes voyages et donc la musique que je joue. C’est bien là, j’imagine, la véritable force de Jack London : une sensible et intime faculté d’avec  ses vies de rencontrer la nôtre, de devenir cet ami, cet ancêtre éloigné, ce frangin, ce camarade de qui chaque jour on attend de nouveaux récits.
Love of life,  The road, To build a fire, The sea wolf, The dream of debs, Goliah, ou The south of slot, autant de nouvelles, romans et recueils qui ont inspiré directement un nouveau répertoire pour célébrer le septième anniversaire de mon trio, lui  offrant   le plaisir à son tour  de partager et  de raconter.  (Vincent Courtois)
I discovered Jack London fairly recently – in August 2016: first “South Sea Tales” then the seminal, indispensable “Martin Eden”.This dense, semi autobiographical work, so powerful so rich, has been by my side ever since. In my daily life, a companion on my travels and an inspiration to my music. That’s where I see Jack London’s real force as being: an intimate sensitive ability to reach into our lives with his own, to become the friend, brother, comrade in whose company each day brings a new story. Love of life, The road, To Build a Fire, The Sea Wolf, The Dream of Debs, Goliath, or The South of Slot – all these novels,  short stories and  collections have directly inspired a new repertoire, created to celebrate the 7th anniversary of my trio – giving it, in turn, the opportunity and the pleasure of telling stories and sharing emotions. (Vincent Courtois)

large_532_Mediums

Après la création au festival Europa Jazz du Mans, un article d’Alain Gauthier   pour CultureJazz (Photo Christian Ducasse)

Capture d’écran 2018-05-17 à 22.09.40

 

Un article de Xavier Prévost pour Jazz Magazine:
Le Mans, La Fonderie, 3 mai 2018, 17h
C’est la création d’un nouveau programme, intitulé «Jack», non parce que Kerouac l’aurait inspiré, mais parce qu’il repose sur une lecture passionnée de Jack London. Les compositions (du violoncelliste surtout, mais aussi pour partie de ses partenaires) partent des impressions de lectures d’un roman, d’un recueil, voire d’une nouvelle de ce grand écrivain états-unien, chantre de l’aventure autant que de la nature. Le concert commence autour de Love of Life, recueil et nouvelle éponyme : c’est comme une procession, en majesté recueillie, bientôt bouleversée par les éclats de ténor de Daniel Erdmann. Puis vient l’évocation de Martin Eden, roman où se lit un peu du destin de l’auteur : sur le violoncelle en pizzicato, la clarinette avance avec un calme qui bientôt se fera volubile. D’un contrepoint en trio jusqu’à une improvisation collective, on couvre tous les territoires qui s’étendent du baroque à Bartók, et bien au-delà. Et les improvisation se croisent jusqu’au paroxysme conclusif. De thème en thème, on parcourt toutes les provinces de la musique américaine : ici je reconnais l’esprit de Ain’t Misbehavin, ailleurs le souvenir de Philip Glass, et entre les deux la chaleur de la Soul Music et le souffle du jazz. Du très lyrique au très anguleux, d’une mélodie de chambre à des lignes sophistiquées, et à des mises en suspens pleines de surprises, chacun se donne, dans une entièreté qui va parfois jusqu’au bout du désir d’expression individuelle, mais sans jamais oublier le sens très collectif de ce projet. Cette musique est, dès son émergence, une totale réussite. On lui souhaite, au fil de sa maturation, d’aller plus loin encore.